Photo by NENAD REBERŠAK

Un lieu où la monnaie doit son nom aux animaux et aux arbres

La Croatie a une relation spécifique avec la nature : les parcs nationaux et les parcs naturels constituent 10 % de son territoire, la monnaie croate doit son nom à la martre (en croate : kuna), alors que les pièces de monnaie d’une valeur moindre ont été appelées d’après le tilleul (en croate : lipa), dont les fleurs sont illustrées sur ces dernières.

La monnaie nationale, la kuna, tire ses origines de l’époque à laquelle on s’adonnait au commerce de peaux d’animaux, la peau de martre faisant alors office de moyen de paiement, alors les pièces de lipa doivent leur nom aux foires qui étaient habituellement bordées de tilleuls. Ce rapport de l’argent avec la nature se manifeste sous d’autres formes, la fleur la plus connue du Velebit, la degenia velebitica jaune, une espace endémique de la famille des brassicacées, ornant les pièces de 50 lipas.

Le monde végétal et animal, et notamment les fleurs, constitue une partie incontournable de la Croatie. La fleure nationale est l’iris croate (Iris croatica), une fleur violette poussant dans toutes les régions du pays. Sa cueillette est cependant interdite dans la mesure où il s’agit d’une espèce protégée, comme la majorité des 15 espèces d’iris qui poussent en Croatie. Dès lors, il est préférable d’immortaliser la beauté naturelle des iris en prenant une magnifique photographie à publier su Instagram. Perunika, le terme croate utilisé pour désigner l’iris, est inspiré du nom du dieu slave de la foudre, Perun. Selon la légende, l’iris pousserait uniquement aux endroits où la foudre serait tombée.

La beauté de la nature croate est la mieux illustrée par les puissants chênes slavons, très appréciés par les viniculteurs du monde entier, avec les chênes américains et français. Le bois de chêne est utilisé pour fabriquer des tonneaux utilisés en vue de la fermentation des meilleurs vins. Afin de découvrir les chênes magnifiques dans un environnement naturel, visitez la forêt s’étendant sur 40 000 hectares à coté de Županja. La réserve de végétation forestière de Prašnik, située entre Nova Gradiška et Okućani, dans laquelle s’élèvent les chênes parmi les plus anciens d’Europe, est encore plus séduisante.

Le parc naturel de Lonjsko polje et celui de Kopački rit situé en Baranja, constituent deux grandes zones marécageuses du Sud-est de l’Europe, riches en habitats divers évoluant au rythme des saisons. Le Kopački rit, candidat à l’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, est réputé pour ses cerfs, plus de 300 espèces d’oiseaux et ses anciens marécages, forêts et prairies. L’aigle à queue blanche et la cigogne noire constituent les oiseaux les plus attrayants de ce parc.

Le Lonjsko polje, situé dans les environs de Sisak, à seulement 50 km de Zagreb, abrite 238 espèces d’oiseaux, 10 espèces de reptiles, 16 espèces d’amphibiens, 41 espèces de poissons et 550 espèces de plantes. Il peut se vanter d’accueillir 38 espèces de libellules. Vous pourrez aussi visiter Čigoč, le village européen de la cigogne ; cependant, si vous souhaitez être les témoins de la plus célèbre histoire d’amour du monde des oiseaux, celles de la cigogne blessée Malena et Klepetan qui lui revient chaque année après les migrations d’hiver, vous devrez visiter Slavonski Brod.

Les montagnes et les forêts de la Croatie continentale constituent un parfait exemple des splendides immensités dans lesquelles vivent librement les ours et les sangliers, comme celles du Velebit et du Gorski kotar. Cependant, la faune la plus originale se situe sous terre, dans les systèmes ramifiés de grottes. Vous êtes-vous déjà demandé à quoi ressembleriez-vous si vous viviez à des profondeurs dépassant un kilomètre sous la terre ? Une fouille récente des grottes du Velebit a permis de découvrir une nouvelle espèce de sangsue souterraine, la Croatobranchus mestrovi, vivant à 1 320 m au-dessous de la surface de la terre.

Les grottes des environs d’Ogulin dissimulent également des secrets uniques, et notamment l’éponge des grottes d’Ogulin (Eunapius subterraneus), découverte en 1984. Il s’agit de l’unique éponge stygobie connue, vivant dans les grottes, et une espèce menacée des régions karstiques.

 

Les rivières croates accueillent également des espèces captivantes qui ne demandent qu’à être découvertes. Si les poissons évoluant en mer Adriatique sont probablement les plus réputés et les plus appréciés en gastronomie, de nombreuses espèces autochtones de poissons et d’autres animaux évoluent dans les rivières croates. Parmi les plus difficiles à observer, figure le protée anguillard, qui nage à l’aveugle entre les rochers et le long des rivières souterraines croates.

Cependant, les plus beaux spécimens des habitats naturels croates sont les animaux sauvages qui vivent à la surface. Si les ours, les loups et les lynx ont pratiquement disparus de l’Europe de l’Ouest, ces trois espèces carnivores sont bien présentes dans différentes régions sauvages au sein desquelles la vie a peu évolué au fil des siècles.

Après avoir été proclamé espèce en voie de disparition dans la région, le lynx a de nouveau fait son apparition en Slovénie en 1973 dans le cadre du projet slovaque de peuplement des lynx. Depuis cette date, la communauté de lynx s’est développée, le Gorski kotar et le Velebit constituant des environnements propices à leur épanouissement. Aujourd’hui, environ 60 lynx vivent en Croatie, certains évoluant au sein du Parc national de Plitvička jezera. On estime que le Parc national de Risnjak devrait son nom précisément à cet animal (en croate, lynx = ris).

 

Les données statistiques sur la chasse de 1894 montrent que les loups vivaient autrefois sur l’intégralité du territoire croate, un nombre records d’abattage de loups étant alors recensé dans chaque comté. Aujourd’hui, un nombre plus modeste de loups vit encore en liberté, leurs habitats se situant dans le Gorski kotar, la Lika et certaines parties de la Dalmatie. Les loups ont le statut d’espèce protégée en Croatie.

La population d’ours compte aujourd’hui environ 1 000 spécimens. La Croatie est réputée comme un pays affichant un taux important de cohabitation entre l’homme et l’ours. Les ours vivent en liberté dans les parcs nationaux et les parcs naturels ; cependant, si vous souhaitez vous approcher de l’un d’entre eux, rendez vous dans la réserve d’oursons de Kuterevo, la seule de ce genre dans la région.

Des sommets les plus élevés aux immensités des plaines, la diversité de la Croatie continentale est le gage de nouvelles expériences à chaque recoin.