Photo by NIN SALTWORKS

Or dalmate sans sucre

La côte dalmate est avant tout connue pour ses plages interminables, eaux cristallines, nombreuses îles idylliques et couchers de soleil baignés d’or. Mais saviez-vous que la Dalmatie est aussi source d’or de tout autre genre ?

La côte dalmate est avant tout connue pour ses plages interminables, eaux cristallines, nombreuses îles idylliques et couchers de soleil baignés d’or. Mais saviez-vous que la Dalmatie est aussi source d’or de tout autre genre ? L’or blanc, sous forme de sel, représentait, pendant des siècles, le principal produit d’exportation et un tiers du revenu annuel de la République de Dubrovnik (connue aussi comme Raguse), provenant d’une seule saline. Dans l’histoire de la côte dalmate, le sel a eu un rôle commercial important qu’il continu à avoir aujourd’hui. Cette histoire captivante est un autre attrait de la côte, à explorer entre deux séances de plage.

Ston : les fondations

Commençons donc par la plus importante des histoires de sel dalmate, celle de Ston, dont les épaisses murailles furent construites pour protéger ce produit précieux qu’est le sel. Encore aujourd’hui, les remparts constituent un belvédère idéal pour admirer les impressionnantes salines de Ston qui produisent annuellement plus de 500 tonnes de sel de mer. Avec une histoire longue de 4000 ans, les salines de Ston sont les plus vieilles d’Europe et les plus conservées dans le bassin Méditerranéen. Une véritable pierre angulaire de l’exploitation salière.

Nin: ville musée

Un peu plus loin, près de Nin, ville de la plus petite cathédrale du monde, se déroule une histoire de sel semblable dont la fin est un peu différente. Après des siècles d’exploitation salière, les Vénitiens s’en emparent et la ferment pour éliminer les concurrents de leurs propres salines. Toutefois, la tradition a persisté puis la saline de Nin s’est nichée dans un lagon, entouré de cinq parcs nationaux. Comme à Ston, le sel est récolté à la main, au bout d’un procédé de production en cinq phases. Le sel récolté à la main a de nombreuses caractéristiques bénéfiques pour la santé, riche en iode, en bromure et en potassium. Ce produit est encore connu sous le nom « fleur de sel » car ses cristaux ressemblent à des pétales de fleur. L’histoire du sel et de la saline comme les nombreux produits qui y découlent, peuvent être découverts au musée du sel, en prenant une pause de la visite de la ville de Nin, elle même un musée à ciel ouvert.

Pag : île primée par de nombreux prix

S’il existe un endroit intimement lié à la production de sel, c’est sans doute l’île de Pag, avec ses conditions climatiques particulières, l’air salé qui a un rôle important dans la production du fromage de Pag, multiple lauréat de prix internationaux, et sa célèbre viande d’agneau.

L’histoire des salines de Pag commence en l’an 999 et les liens qui lient cette île à l’or blanc peuvent être découverts dans le petit mais riche en renseignement musée du sel de Pag. La combinaison du fromage et de la fleur de sel fera un souvenir parfait. Inspirez donc profondément l’air salé et imprégnez vous de tous les paysages qu’offre l’île de Pag.

Comme c’est souvent le cas en Croatie, les procédés de production alimentaire sont naturels et la qualité excellente, des raisons suffisantes pour la protection de l’UNESCO dont bénéficie l’alimentation méditerranéenne en tant que patrimoine culturel. Pour cette raison, lors de votre voyage en Croatie, ne vous privez pas de spécialités affinées par cette épice qui en vaut de l’or.