Photo by Dorotić & Bosnić / Museum of Apoxymenos

L’âge n’est pas important: Cinq artefacts (pré)historiques à voir

Certaines attractions en Croatie sont parmi les plus anciennes dans le monde entier et vous devriez les visiter. Dans la suite nous vous apportons les cinq artefacts (pré)historiques que les amateurs de culture ne doivent pas manquer !

Apoxyomène sur l’île de Lošinj

L’Apoxyomène, la statue en bronze de la Grèce antique, datant du 2e ou 1er siècle avant J.-C., est la copie hellénistique de la statue remontant au 4 e siècle avant J.-C.  La statue est haute de 192 cm et elle représente un athlète nettoyant son corps avec un racloir (le mot grec « Apoxyomenos » signifie « racloir »). Bien que l’on considère que ce motif n’était pas inhabituel, il n’en a que huit statues dans le monde, dont celle de Lošinj est la mieux préservée. La statue a été découverte par un touriste sur le fond marin à proximité de l’île de Lošinj. Comment est-t-elle parvenue au fond marin ? Il est considéré que l’équipe du bateau l’a jetée par-dessus le bord lors d’une tempête pour empêcher le naufrage du navire. Après sa découverte en 1999, la restauration a duré sept ans. L’Apoxyomène a aujourd’hui son propre musée sur l’île de Lošinj.

Danse macabre à Berm

L’église de Sainte-Marie na Škrilinah est située dans la forêt près de la ville de Beram. Elle est petite et isolée mais les fresques datant du gothique tardif sont restées intactes sur les murs de la chapelle justement grâce à son emplacement. La plupart des fresques peintes par Vincent de Kastav  démontrent la vie de Marie et de Jésus. Cependant, la fresque la plus impressionnante est une version de la Danse macabre, allégorie médiévale du caractère universel de la mort. Sur ce chef-d’œuvre, on peut voir les marchands, les chevaliers, les nobles et même le pape dansant avec la mort. La procession est dirigée par un squelette jouant de la cornemuse. Les images avec le motif de la danse macabre nous rappellent la fragilité de la vie. L’église de Sainte-Marie na Škrilinah date des années 1470 et elle représente l’un des premiers exemples de danse macabre découverts.

Colombe de Vučedol et le plus ancien calendrier d’Europe dans le Musée municipal de Vukovar

La localité archéologique « Vučedol » (la vallée des loups) se trouve sur la rive du Danube, environ 5 kilomètres en aval de la ville de Vukovar. C’est une des plus importantes localités archéologiques de la culture chalcolithique. L’habitat a connu son essor entre les années 3000 et 2400 avant J.-C., donc il convient à l’époque sumérienne en Mésopotamie, à l’Ancien Empire égyptien et aux premières habitations à Troie. La culture matérielle, notamment la fabrication des céramiques, indique une haute civilisation grâce à la qualité technologique exceptionnelle et à l’équilibre entre la forme et la décoration. L’héritage le plus connu de la culture de Vučedol est la colombe de Vučedol, un récipient en forme d’oiseau richement orné et haut de 20 centimètres, utilisé dans les cérémonies religieuses. Outre la colombe de Vučedol, le Vučedolski Orion représente aussi un artefact connu ; c’est un récipient de céramique orné, considéré comme étant le plus ancien calendrier en Europe. La colombe de Vučedol et le Vučedolski Orion sont préservés dans le Musée municipal de Vukovar avec des autres vestiges importants et des informations fascinantes sur la culture de Vučedol.

Momie de Zagreb dans le Musée archéologique à Zagreb

Il n’est pas nécessaire d’aller jusqu’en Egypte pour voir une vraie momie. Dans le Musée archéologique à Zagreb se trouve la momie de Zagreb, une véritable rareté sur l’échelle globale. La momie et la bande dans laquelle elle était enveloppée ont été apportées d’Egypte à Zagreb dans les années 1860. Après un examen plus détaillé, on a remarqué que les morceaux de tissu dans lesquels la momie avait été enveloppée étaient recouverts de caractères curieux et on a estimé qu’il s’agissait d’une langue inconnue. Avec le temps, les scientifiques Heinrich Brugsch et Richard Burton (pas celui qui a joué le rôle de Marc Antoine dans le film « Cléopâtre ») ont découvert que les caractères mystérieux ne représentent pas les hiéroglyphes mais la langue étrusque. La toile sur laquelle étaient les caractères et qui a servi plus tard pour l’enveloppement de la momie est aujourd’hui connu sous le nom de « Liber linteus Zagrebiensis » (Livre de lin de Zagreb). Le texte consiste de 1300 mots sur cinq bandes de toile et il y est question du plus long texte connu dans la langue étrusque. En outre, c’est le seul exemplaire préservé des livres de lin de l’Antiquité. Néanmoins, ce qui est réellement écrit dans le texte et comment les bandes avec la langue de l’ancienne Italie sont parvenues sur une momie d’Egypte restent un mystère…

Vestiges des Néandertaliens dans le Musée de l’Homme de Néandertal de Krapina

Krapina est une ville assez calme avec ses 5000 habitants. Cependant, cette ville du Zagorje au nord de Croatie cache la plus importante localité archéologique quant aux Néandertaliens. Tout a commencé en 1899 lorsque l’on a découvert des restes fossiles d’une dizaine de personnes sur le mont de Hušnjak, dans la proximité de Krapina. Il s’agissait de la plus grande et la plus riche collection des Néandertaliens trouvés sur un site. Le musée contemporain de l’Homme de Neandertal se trouve sur le chantier de fouilles, incorporé dans l’environnement rural du mont de Hušnjak. Avec une grotte, des présentations multimédias et plusieurs sentiers reliant le musée aux fouilles, l’immeuble du musée rappelle à l’habitat des Néandertaliens et permet aux visiteurs de remonter à l’époque préhistorique.